La maison

Le bruit du monde a pour vocation de révéler une littérature traversée par les enjeux du monde moderne et source de plaisir, capable d’enrichir nos imaginaires et d’élargir nos horizons.

Nous choisirons le meilleur de la littérature des langues françaises et étrangères. Persuadés qu’un livre peut nous permettre de mieux comprendre des réalités lointaines et d’appréhender la complexité du familier, nous ne nous imposerons aucune restriction de genre !

Le bruit du monde, par l’énergie que ces mots dégagent, symbolise le mouvement et la vitalité d’un monde qui avance, en mutation permanente. Ce nom, c’est la promesse d’un catalogue qui sera le réceptacle des bruits du monde.

Pour faire entendre ces voix, nous nous sommes installés à Marseille. Ville portuaire bouillonnante par laquelle on arrive, d’où l’on part, une ville-monde à elle seule. Ce choix s’est imposé très vite comme une évidence : Marseille, phare de la Méditerranée, vivante, bouillonnante, populaire et bruyante, solaire et ouverte sur le monde... Source d’inspiration et choix du cœur pour installer notre aventure éditoriale.

L'équipe

Marie-Pierre Gracedieu - Co-fondatrice & Directrice générale

Adolescente, elle s’est reconnue dans les personnages de Carson McCullers et Virginia Woolf. Trente ans plus tard, elle continue d’ouvrir un livre avec l’espoir d’y rencontrer une voix qui lui permette d’arpenter des territoires inconnus mais aussi de mieux cerner les nuances des réalités qui l’entourent. Entre-temps, elle a quitté son Auvergne natale pour vivre à New York, à Londres puis à Paris mais c’est Marseille qu’elle choisit pour bâtir un catalogue ouvert sur le monde.

Adrien Servières - Co-fondateur & Directeur commercial

Le bruit du monde, il l’a d’abord entendu avec un sac sur le dos, une toile de tente et des cartes Michelin entre les mains. De ces voyages il a ramené un goût prononcé pour les histoires, d’ailleurs ou d’ici, vraies ou fausses. Depuis plus de dix ans, il a exercé plusieurs fonctions commerciales dans l’univers du livre avec une seule idée en tête : faire découvrir les textes qu’il défend au plus grand nombre.

Benjamin Burguete - Assistant d'édition

Benjamin n’a jamais su s’il avait grandi au sud de la France ou nord de l’Espagne. C’est pourtant par là qu’il a appris les trois langues qui se bousculent dans sa tête : le basque, l’espagnol et le français qui se défendent aujourd’hui tant bien que mal contre l’anglais et l’italien. Il aime les villes chaotiques où les poubelles font la loi : Buenos Aires et Naples où il a habité avant de comprendre que sa ville idéale s’appelait Marseille. Au Bruit du monde, il traque les répétitions sans relâche et lutte, jour après jour, contre les caprices de l’imprimante.

Marie Desmeures - Éditrice

Dans l’école primaire de son village cévenol, la bibliothèque proposait indifféremment Colette, Mallarmé ou Reiser ; elle en a gardé des goûts éclectiques et une intarissable gourmandise pour la singularité d’un style. Elle aime rencontrer l’autre : entendre, comprendre, ressentir par la force d’une écriture. Elle voulait mille vies et les a trouvées comme éditrice qui, depuis vingt ans, découvre des textes de tous horizons et accompagne des auteurs de toutes inspirations.

Amélie Dor - Attachée de presse

C’est en grandissant au Niger et en Côte d’Ivoire qu’Amélie dévore ses premiers Fantômette en Bibliothèque rose, à l’époque elle rêve de rencontrer Georges Chaulet et découvre les livres Eza Boto et Camara Laye. Après des études d’anglais et une année à Bristol, elle se lance dans le métier d’attachée de presse. Faire partager ses lectures, épauler les auteurs, Amélie marche à l’enthousiasme. Pour elle, ce sont les voix des auteurs à défendre qui font le Bruit du monde !

Lucas Galian - Cessions de droits & relations libraires

Enfant de la silencieuse garrigue, il a quitté le Gard, les vignes et les oliviers pour plonger dans le bouillonnement marseillais, dans le bruit du monde. Sa passion pour la littérature est née sur les bancs de la classe préparatoire, puis de lectures en lectures, d’échos en échos, elle est passée de simple murmure à véritable fanfare. Fin prêt, il s’engage à défendre nos auteurs et nos textes, sur le terrain comme sur les réseaux sociaux, armé d’un téléphone ou d’un sourire.